21.9 C
Paris
mardi, juin 18, 2024
- Présentés -spot_img
- Présentés -spot_img

Qu’est-ce qu’une immobilisation corporelle (IC) en comptabilité ? Comment les immobilisations corporelles sont-elles classées, comptabilisées, évaluées et présentées dans les états financiers, et quels sont les principaux journaux comptables pour l’achat, l’amortissement et la vente d’immobilisations corporelles ?

Qu’est-ce qu’une immobilisation corporelle (IC) en comptabilité ? Comment les immobilisations corporelles sont-elles classées, comptabilisées, évaluées et présentées dans les états financiers, et quels sont les principaux journaux comptables pour l’achat, l’amortissement et la vente d’immobilisations corporelles ?

Contents

Les immobilisations corporelles en tant qu’immobilisations corporelles sont des actifs importants dans les opérations d’une entreprise utilisés pour générer des avantages économiques à long terme. Les actifs d’assurance IARD ont généralement une durée de vie utile de plus d’un an, mais ils dureront généralement beaucoup plus longtemps que cela.

Une autre caractéristique des immobilisations corporelles (à l’exception des terrains) est que ces actifs se déprécient et sont souvent difficiles à convertir en espèces.

Les exemples classiques d’immobilisations corporelles comprennent les terrains, les bâtiments, le mobilier et les accessoires, le matériel de bureau, l’équipement d’usine et de production, les véhicules automobiles, les machines et le matériel informatique.

Qu’est-ce qu’un immobilisation corporelle en vue de la vente ?

Lorsqu’un actif ou un groupe d’actifs est classé comme détenu en vue de la vente, il sera assujetti aux dispositions d’IFRS 5 – Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées, plutôt qu’à IAS 16

Les critères ci-dessous doivent être remplis en vertu de la norme IFRS 5 – Actifs non courants détenus en vue de la vente

  • Un actif est classé comme détenu en vue de la vente si sa valeur comptable sera recouvrée principalement par une transaction de vente plutôt que par une utilisation continue.
  • Le bien doit être disponible à la vente immédiate dans son état actuel et sa vente doit être hautement probable.

Pour qu’une vente soit hautement probable selon IFRS 5, elle doit répondre aux critères suivants :

  • L’actif peut être disponible à la vente immédiatement.
  • La direction doit avoir un plan clair concernant la vente de l’actif.
  • Les mesures requises pour terminer le plan indiquent qu’il est peu probable que ce plan soit modifié ou retiré de manière significative au cours de l’exercice comptable suivant.
  • Un programme actif et des démarches ont été entreprises pour trouver un acheteur.
  • L’actif doit être commercialisé au moment où il est indiqué comme détenu en vue de la vente, et le prix doit être raisonnable par rapport à sa juste valeur actuelle.
  • La vente doit être attendue au cours de l’exercice comptable suivant la date de classement, qui est généralement de 12 mois.

Comment les immobilisations corporelles sont-elles présentées dans l’état de la situation financière (bilan) ?

Les informations sur les immobilisations corporelles apparaissent dans leur bilan en tant qu’immobilisations corporelles ou immobilisations corporelles. Ces actifs sont normalement déclarés au bilan à la valeur comptable nette, qui correspond à leur coût moins l’amortissement cumulé.

Comment les immobilisations corporelles sont-elles présentées dans l’état des résultats ?

L’amortissement des immobilisations corporelles sort de l’état de la situation financière (bilan) du compte d’amortissement des immobilisations corporelles vers le compte de résultat en tant que dépense.

Comment les immobilisations corporelles sont-elles présentées dans les flux de trésorerie ?

L’état des flux de trésorerie permet de suivre les entrées et les sorties de trésorerie provenant des activités d’exploitation, d’investissement et de financement au cours de l’exercice afin de déterminer la variation nette des flux de trésorerie et de les rapprocher de la trésorerie et des équivalents de trésorerie conformément à l’état de la situation financière (bilan), tel que résumé ci-dessous :

Variation nette de la trésorerie = Flux de trésorerie d’exploitation + Flux de trésorerie provenant des investissements + Flux de trésorerie provenant du financement

Une fois la variation nette de trésorerie déterminée, le montant sera ajouté au solde de trésorerie de début d’exercice pour calculer le solde de trésorerie de fin d’exercice tel qu’il figure au bilan sous la trésorerie et les équivalents de trésorerie. Le flux de trésorerie final est calculé selon la formule ci-dessous :

Solde de trésorerie de clôture = Solde de trésorerie d’ouverture + Variation nette de la trésorerie

Les immobilisations corporelles sont présentées dans les flux de trésorerie sous les activités d’investissement dans le produit de la vente de immobilisations corporelles, ou les paiements pour les acquisitions de immobilisations corporelles, et dans les flux de trésorerie générés par les activités d’exploitation sous la variation de la dépréciation et de l’amortissement.

Les flux de trésorerie provenant des activités d’investissement montrent comment une entreprise alloue les liquidités à long terme. Par conséquent, un flux de trésorerie négatif provenant des activités d’investissement à court terme peut aider l’entreprise à générer des flux de trésorerie à plus long terme, car cela montre que l’entreprise investit dans les immobilisations corporelles pour augmenter le niveau de productivité qui générera des avantages à long terme.

L’état des flux de trésorerie est un excellent outil pour les analystes et les décideurs lors de l’évaluation des performances, de la budgétisation ou de la planification de l’entreprise.

Dans le même temps, le mouvement sur le tableau de la banquise sera un indicateur pour les investisseurs d’actifs de l’entreprise, des dépenses en immobilier, en usine et en équipement et de comprendre les objectifs de l’entreprise pour l’avenir.

Le ratio flux de trésorerie/dépenses d’investissement (CAPEX) est un ratio qui mesure la capacité d’une entreprise à acquérir des actifs à long terme en utilisant les flux de trésorerie disponibles, et est calculé en divisant les flux de trésorerie d’exploitation par les dépenses en capital, comme résumé ci-dessous :

Flux de trésorerie par rapport aux dépenses en capital = Flux de trésorerie provenant des opérations / Dépenses en capital

Un ratio plus élevé indique que l’entreprise dispose de suffisamment de liquidités pour investir dans de nouvelles dépenses en capital (CAPEX), contrairement à un ratio plus faible qui montre que le capital de l’entreprise est serré.

Les dépenses d’investissement (CAPEX) sont les fonds qu’une entité dépense pour acheter, entretenir ou améliorer ses immobilisations, telles que les terrains, les bâtiments, l’équipement et les véhicules automobiles. Les dépenses d’investissement sont un concept important, car c’est le moyen pour l’entreprise de soutenir et d’étendre sa capacité opérationnelle en investissant dans des immobilisations corporelles.

Pour qu’une charge soit comptabilisée en tant qu’actif et capitalisée, il existe des exigences spécifiques conformément aux normes comptables d’IAS 16 Immobilisations corporelles.

  • Il est probable que les avantages économiques futurs associés à l’élément reviendront à l’entité ; et
  • Le coût de l’article peut être mesuré de manière fiable.

Initialement, les actifs sont comptabilisés à leur coût, qui est le prix d’achat et les autres dépenses associées aux coûts d’achat, comme les droits, les taxes, les dépenses directement liées à la livraison de l’actif à l’endroit où la société l’utilisera et à sa mise en état de fonctionner conformément aux exigences de la société.

Par la suite, l’entreprise peut capitaliser les dépenses associées aux actifs si elles prolongent leur durée de vie utile ou améliorent les avantages pour l’entreprise. Les coûts liés aux réparations de l’article, ou à l’entretien régulier en raison de l’usure normale, ne couvrent pas les besoins, et ces coûts sont passés en charges directement dans le compte de résultat.

L’amortissement fait référence à la répartition systématique des coûts d’un actif sur sa durée de vie utile. Méthode comptable utilisée pour déterminer la baisse progressive de la valeur d’un actif au fil du temps en raison de l’épuisement ou de l’obsolescence. Cette perte de valeur est comptabilisée en charge dans le compte de résultat, ce qui réduit le bénéfice de l’entreprise et donc son obligation fiscale.

Les méthodes d’amortissement les plus utilisées pour les immobilisations corporelles (IC) sont.

  • Méthode en ligne droite : Dans la méthode linéaire, le coût d’un actif est réparti entre les charges de manière égale sur sa durée de vie utile et est calculé en divisant le coût amortissable par la durée de vie utile estimative des actifs.

Dotation aux amortissements = (Coût historique de l’actif – Valeur résiduelle estimée de l’actif) ÷ Durée de vie utile estimée de l’actif

  • Méthode de l’amortissement dégressif accéléré : Dans la méthode accélérée, la répartition des coûts est plus importante les années précédentes. En utilisant la méthode de l’amortissement dégressif accéléré, le montant de la charge d’amortissement pour une période est calculé en pourcentage de la valeur comptable de l’actif.

Dotation aux amortissements = Pourcentage (%) x Valeur comptable au début de la période

  • Méthode des unités de production : Dans la méthode des unités de production, l’affectation des coûts correspond à l’utilisation réelle des ressources dans chaque période. Le montant de l’amortissement pour chaque période est basé sur la comparaison du rendement estimé de l’actif au cours de cette période avec le potentiel de rendement estimé de l’actif sur sa durée de vie utile. La charge d’amortissement est calculée en multipliant les coûts de production au fil du temps et en divisant par la capacité de production estimée sur la durée de vie de l’actif. Il est également possible d’estimer le coût d’amortissement par unité, c’est-à-dire en divisant le coût d’amortissement par la capacité estimée.

Charge d’amortissement = (coût des immobilisations amortissables * production) ÷ Capacité de production totale estimée

L’amortissement est un concept important car il aide les entreprises à refléter avec précision la valeur économique réelle de leurs actifs au fil du temps. Il affecte également l’analyse financière, les impôts et la prise de décision car il affecte la rentabilité, la valeur des actifs et les obligations fiscales d’une entreprise.

Les immobilisations corporelles sont des immobilisations corporelles détenues pour être utilisées dans la production ou la fourniture de biens ou de services, pour la location à des tiers ou à des fins administratives, et devraient être utilisées pendant plus d’un exercice comptable.

Immobilisations corporelles La comptabilité consiste à évaluer la valeur des actifs d’une organisation, tels que les bâtiments, les machines, les terrains ou les équipements, qui génèrent des avantages économiques à long terme. L’évaluation de la valeur des actifs à chaque exercice financier aidera les décideurs à prendre des décisions en connaissance de cause et à planifier en conséquence.

Pour évaluer la valeur des immobilisations corporelles, vous pouvez vous référer aux anciens actifs, qui comprennent les données sur les coûts historiques, les dépenses en capital et l’amortissement.

Comme les actifs sont soumis à une utilisation régulière sur une longue période, les bâtiments et les machines se déprécient souvent avec le temps, ce qui réduit leur valeur productive. Une autre façon d’enregistrer et de comptabiliser la dépréciation consiste à suivre toute baisse de l’efficacité productive de l’actif.

Le terrain ne se dépréciera pas, mais pourrait faire l’objet d’une évaluation foncière dont la valeur peut varier en fonction de plusieurs facteurs externes, tels que la demande locale, l’emplacement, l’infrastructure ou l’accès aux services publics.

  • Solde d’ouverture immobilisations corporelles : Les immobilisations corporelles bruts sont la valeur totale des immobilisations d’une entreprise à un moment donné, généralement à la fin de l’exercice financier. Cette valeur change au fur et à mesure qu’une entreprise achète et vend des actifs, mais les frais de scolarité bruts n’incluent que les actifs détenus par la société au cours du cycle financier précédent et n’incluent pas les actifs qui ont été achetés au cours de l’exercice en cours. Par conséquent, ce solde de clôture de l’exercice précédent sera le solde d’ouverture pour le calcul des frais de crédit pour l’exercice en cours.
  • Ajout de dépenses en capital : Les dépenses en capital se produisent lorsqu’une entreprise modernise les actifs de l’entreprise ou achète de nouveaux équipements. Dans le même temps, le calcul du coût d’achat des dépenses d’investissement comprend les droits de douane, les taxes, les frais de transport et les frais d’enlèvement futurs, les remises sur ventes, les rabais et autres coûts directement attribuables à l’achat d’actifs.
  • Soustraction de l’amortissement cumulé : À l’exception des terrains qui ne se déprécient pas, les immobilisations corporelles se déprécient jusqu’à la fin de la durée de vie de chaque actif. L’amortissement est indiqué sur une ligne distincte dans les comptes et sera soustrait de la somme des frais d’assurance multirisque bruts et des dépenses en capital pour obtenir la valeur nette de clôture des actifs des immobilisations corporelles.

Le montant net de clôture des immobilisations corporelles qui devrait figurer dans le registre des immobilisations corporelles et les comptes à la fin de la période comptable est le montant brut des immobilisations corporelles d’ouverture selon l’état de la situation financière (bilan) plus les dépenses en capital moins l’amortissement cumulé, comme résumé ci-dessous.

Frais d’achat nets de clôture = Frais d’achat et d’indemnisation bruts d’ouverture + Dépenses en immobilisations – Amortissement cumulé

Lorsque l’entité achète un actif d’immobilisations corporelles ou d’immobilisations corporelles, elle doit enregistrer une écriture comptable débitrice dans la section de l’actif du bilan et une écriture comptable de crédit dans la section trésorerie/banque et équivalents de trésorerie ou dettes (lorsqu’elle est utilisée par carte de crédit ou autre paiement différé) du bilan, comme résumé ci-dessous :

  • Débit (DR) : Actif du bilan (Immobilisations corporelles (Immobilisations corporelles)
  • Crédit (CR) : Bilan (trésorerie/banque) ou dettes (lorsqu’il est utilisé par carte de crédit ou autre paiement différé)

L’amortissement des immobilisations corporelles est comptabilisé comme un crédit dans l’état de la situation financière (bilan) dans les comptes d’amortissement cumulé de l’actif, et comme un débit dans le compte de résultat (profits et pertes) dans les comptes de charge d’amortissement, comme résumé ci-dessous :

  • Crédit (CR) : Bilan (comptes d’amortissement cumulés)
  • Débit (DR) : Résultat (comptes de charges d’amortissement)

Pendant la durée de vie de l’actif, les comptes d’amortissement cumulés suivront la réduction de la valeur de l’actif et un journal de l’amortissement sera validé à chaque période jusqu’à ce que l’amortissement cumulé corresponde à la valeur d’achat de l’actif, ou jusqu’à ce que l’actif soit vendu.

Lorsqu’un actif est vendu, il existe de nombreux cas où le prix de vente est différent de la valeur comptable de l’actif et l’entreprise doit tenir compte de la différence de valeur, soit à la hausse, ce qui constituera un gain pour une entreprise, soit à la baisse, ce qui constituera une perte pour l’entreprise. Les différences seront comptabilisées dans les comptes de gain/perte sur les comptes de cession, comme dans l’exemple ci-dessous :

  • Crédit (CR) : Bilan (comptes d’amortissement cumulés)
  • Débit (DR) : Résultat (comptes de charges d’amortissement)
  • Débit (DR)/Crédit (CR) : Résultat (gain/perte sur cession d’actif)

Lorsque l’entité vend un actif d’immobilisations corporelles ou d’immobilisations corporelles, elle doit enregistrer une écriture comptable de crédit dans la section de l’actif de l’état de la situation financière (bilan) et une écriture comptable débitrice dans la section trésorerie/banque et équivalents de trésorerie ou débiteurs (lorsqu’elle est utilisée comme autre mode de paiement) de l’état de la situation financière (bilan). En outre, l’entité doit comptabiliser l’amortissement et le résultat de la cession d’actifs comme indiqué ci-dessus.

  • Crédit (CR) : Bilan (Immobilisations corporelles).
  • Débit (DR) : Bilan (comptant/banque) ou dettes (lorsqu’il est utilisé par carte de crédit ou autre paiement différé)

Le ratio de rotation des actifs corporels, ou ratio de rotation des immobilisations, mesure l’efficacité avec laquelle une entreprise peut utiliser ses immobilisations à long terme (IC) pour générer des revenus, en montrant combien de ventes une entreprise peut réaliser pour le montant investi dans les immobilisations corporelles, ou en d’autres termes comment une entreprise utilise les actifs immobilisations corporelles pour générer des revenus.

Il s’agit d’une mesure importante pour analyser la rentabilité des actifs de l’entreprise à l’usage des décideurs au sein de l’entreprise, des prêteurs ou des investisseurs externes pour mesurer le retour sur investissement.

Le ratio de rotation des IC, ou ratio de rotation des immobilisations, est calculé en divisant le chiffre d’affaires net d’une entreprise par la moyenne (Réf.1) des immobilisations appartenant à l’entreprise, comme résumé ci-dessous :

Ratio de rotation des EPI = Chiffre d’affaires net ÷ Total moyen des immobilisations

  • Les ventes nettes sont les ventes brutes d’une entreprise déduites des remises, des remises et des retours.

Ventes nettes = Ventes brutes – Remises – Remises – Retours

  • Le total moyen des immobilisations est la moyenne entre le début et la fin des soldes d’actifs de la période.

Total moyen des actifs = (Total des immobilisations au début + Total des immobilisations à la fin) ÷ 2

Un ratio de rotation des immobilisations plus élevé suggère que l’entreprise génère plus de revenus par unité monétaire d’actif détenu. Par conséquent, cela indique que l’entreprise a dépensé efficacement pour l’achat d’actifs qui se traduisent à un taux élevé de revenus. Au contraire, l’argent dépensé pour des actifs dont la conversion en revenus est lente doit être analysé en vue d’un remplacement ou d’une amélioration future, comme indiqué ci-dessous :

  • Ratio de rotation des actifs élevé : Un ratio élevé suggère que l’allocation du capital de l’entreprise tire davantage profit de ses actifs. Cela pourrait également signifier que l’entreprise a vendu son équipement et a commencé à externaliser ses opérations.
  • Faible taux de rotation des actifs : Un ratio faible suggère une capacité de production excédentaire ou une allocation inefficace du capital. Cela peut se produire en raison de la production d’articles que personne ne veut acheter, surestimant ainsi la demande pour leur produit et surinvestissant dans l’équipement pour les produire, ou peut se produire en raison de problèmes de fabrication comme goulots d’étranglement dans la chaîne de valeur manufacturière.

Optimiser et améliorer l’efficacité : En analysant constamment la façon dont les immobilisations corporelles sont utilisées, vous pouvez trouver les meilleurs moyens d’améliorer le rendement que vous obtenez de ces actifs. De plus, vous pouvez maintenir des programmes de maintenance réguliers pour maintenir les actifs au plus haut niveau de fonctionnalité et mettre en œuvre des systèmes de suivi des actifs qui surveilleront vos résultats pour chaque actif, ce qui vous permettra de prendre de meilleures décisions lors de la planification des cessions ou des remplacements.

Technologies avancées :  L’une des meilleures façons d’améliorer le taux de rotation des immobilisations corporelles est de mettre en œuvre des inventaire et les systèmes de commande en informatisant vos commandes, vos stocks et votre facturation pour assurer l’efficacité, et en même temps avoir accès à des données en temps réel pour analyser comment ces sections de votre entreprise se portent.

Augmenter les revenus : Votre pantalon et votre équipement peuvent produire plus que vous ne pouvez vendre ; Par conséquent, vous devez trouver des moyens de vendre ces produits à un rythme plus rapide en offrant des remises sur les achats en gros ou en améliorant vos promotions et vos campagnes publicitaires.

Accélérez les recouvrements : Si vous analysez votre efficacité sur la base du recouvrement, il sera important de trouver des moyens d’automatiser et d’améliorer les créances pour permettre à votre entreprise de recouvrer plus rapidement.

Vendre des actifs inutilisés ou sous-utilisés : Les entreprises ont souvent des actifs inutilisés ou sous-utilisés qu’il peut être préférable de vendre car ils produisent de faibles revenus ou ne produisent pas de revenus du tout. En outre, il y a d’autres coûts de support, car le stockage ou la maintenance peuvent être éliminés en vendant ces actifs.

Actifs loués : Une autre façon d’améliorer le taux de rotation des immobilisations est de louer les actifs, ce qui améliorera instantanément le taux de rotation des actifs. Un autre avantage du crédit-bail est que l’entreprise peut renouveler les immobilisations plus fréquemment sans mouvements importants de flux de trésorerie.

Le registre des immobilisations est un enregistrement formel de toutes les immobilisations détenues par l’entité. Ici, l’entreprise garde une trace de la valeur des actifs au fil du temps et d’autres informations sur les actifs telles que la description, le numéro d’identification de l’actif, le numéro de série, les détails du contrat, de la facture ou du bon de commande, l’emplacement de l’actif, la maintenance, l’assurance, la garantie et toute autre information que l’entreprise pourrait trouver utile pour suivre et analyser les actifs au sein de l’entité.

Dans le même temps, le registre des actifs peut être utilisé pour extraire les données pour des analyses financières des actifs au sein de l’entreprise ou à des fins externes selon les besoins des investisseurs, des prêteurs ou d’autres parties prenantes de l’entreprise.

  • Registre des immobilisations foncières et immobilières.
  • Registre des immobilisations mobilières.
  • Registre des immobilisations automobiles.
  • Registre des immobilisations d’équipement.

Les registres d’aster fixes peuvent être conservés sous forme physique ou numérique. Aujourd’hui, la plupart des entreprises optent pour un format numérique qui créera d’énormes avantages grâce aux possibilités infinies d’intégration d’un registre des actifs numériques avec les modules logiciels de comptabilité, tels que les achats et les comptes fournisseurs, les ventes et les comptes clients, les systèmes d’inventaire des actifs ou d’autres logiciels que l’entreprise pourrait trouver utiles pour suivre et analyser les données relatives aux immobilisations de l’entreprise.

Pour maintenir un registre des immobilisations précis et pertinent qui peut améliorer l’utilité des enregistrements pour les besoins de l’entreprise et des parties prenantes, vous devez classer les immobilisations dans le registre des immobilisations par hiérarchie qui peut être basée sur le type d’actif, l’emplacement de l’actif ou d’autres priorités selon les exigences de l’entreprise. Dans le même temps, il sera impératif de maintenir le registre des assertions en mettant à jour les données en temps opportun.

Un registre des immobilisations est une base de données tenue sous forme physique ou numérique utilisée pour enregistrer des données significatives sur chaque actif de l’entreprise, comme indiqué ci-dessous :

Description de l’actif : La société tiendra un registre principal de l’actif en décrivant l’actif en fonction de la documentation d’achat ou des exigences de l’entreprise pour la classification des immobilisations.

Coût d’acquisition : Le registre des biens doit contenir un registre détaillé des coûts d’acquisition ou de construction de chaque bien, sur la base de divers documents tels que les bons de commande, les factures, les contrats ou les coûts alloués à l’achat des biens.

Détails de l’acquisition : Ici, l’entreprise enregistrera la date d’achat, la facture ou le numéro de bon de commande ou, si l’actif a été construit en interne, il y aura un enregistrement de la date de son achèvement.

Actifs détenus ou loués : Ici, l’entreprise enregistre les détails sur l’entité ou la personne qui possède l’actif, et en plus pour les actifs loués, les détails de l’entité de crédit-bail.

Identification des actifs : Lors du suivi de l’inventaire des immobilisations, l’entreprise doit disposer de données d’identification d’actifs uniques. Ces données peuvent prendre la forme d’un numéro de série d’actifs ou d’un numéro d’identification unique attribué selon la classification des actifs de l’entreprise.

Emplacement des actifs : Immobilisations telles que les machines, l’équipement, le mobilier de bureau, l’emplacement des actifs sera généralement le même car ils ont tendance à être conservés dans les mêmes emplacements physiques. D’autre part, pour les équipements mobiles tels que les véhicules à moteur, l’entreprise peut utiliser des systèmes de suivi mobiles comme GPS qui peuvent être attribués à l’ID de l’actif pour faciliter le suivi de ces types d’actifs mobiles dans le registre des immobilisations.

Inspection et entretien : Les immobilisations nécessitent une inspection et un entretien périodiques pour maintenir les actifs au plus haut niveau de fonctionnement.  Le registre des immobilisations sera un excellent outil pour suivre l’état de l’entretien de l’actif tout au long de sa durée de vie utile.

Assurances et garanties : Pour protéger les actifs contre les erreurs techniques, les défauts ou la destruction physique, l’entreprise paie une prime pour l’assurance ou les garanties des immobilisations. Vous devez conserver un registre de ces détails pour vous assurer que toutes les assurances et garanties ne sont pas expirées et renouvelées à temps.

Détails de l’élimination : Lorsqu’un actif est aliéné, l’actif doit être retiré du registre des immobilisations. Même si l’actif n’est pas utilisé tel qu’il est cédé, les entités conserveront les données historiques des enregistrements de l’actif pour des analyses futures ou des exigences légales.

Les actifs d’une entreprise peuvent avoir une valeur élevée sur l’état de la situation financière (bilan) et l’entreprise doit tenir des registres précis ou des actifs en matière d’achat, d’entretien, de réparation, d’assurance, de sécurité, de conformité ou d’aliénation. Par conséquent, le registre des actifs reflétera tous ces coûts associés aux actifs et un registre des actifs précis aidera l’entreprise à analyser l’efficacité et la rentabilité des actifs au fil du temps, ce qui se traduira par une analyse et des décisions meilleures et plus éclairées.

Améliorer les analyses : La tenue d’un registre des actifs précis et détaillé fournira des données fiables qui devraient être facilement récupérées par l’analyste pour calculer le ratio de rotation des immobilisations corporelles (IC), évaluer la convivialité, l’efficacité des actifs, etc.

Améliorer les relations avec les parties prenantes : Disposer d’un registre d’actifs précis lorsque les investisseurs, les prêteurs ou les exigences légales l’exigent améliorera la confiance des utilisateurs, ce qui se traduira par une relation renforcée avec les parties prenantes de l’entreprise.

Comptabilité financière et flux de trésorerie : Un registre précis et détaillé des immobilisations fournira des données fiables et opportunes pour la comptabilité, la tenue de livres tout en maintenant un flux de trésorerie sain pour l’entreprise.

La norme comptable internationale pour les immobilisations corporelles est IAS 16. Par conséquent, IAS 16 doit être suivie lors de la comptabilisation des actifs corporels non courants, à moins qu’une autre IAS ou IFRS n’exige un traitement différent, comme indiqué ci-dessous :

  • La norme IAS 16 ne s’applique pas aux actifs classés comme détenus en vue de la vente conformément à IFRS 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées, qui décrit la comptabilisation des actifs non courants détenus en vue de la vente.
  • Actifs biologiques liés à l’activité agricole comptabilisés selon IAS 41 Agriculture
  • Actifs d’exploration et d’évaluation comptabilisés conformément à l’IFRS 6 Exploration et évaluation des ressources minérales
  • Droits miniers et réserves minérales telles que le pétrole, le gaz naturel et les ressources non régénératives similaires.

Selon IAS 16, les terrains et les bâtiments sont des actifs distincts et sont comptabilisés séparément même s’ils sont détenus ensemble. La terre a une durée de vie infinie et ne se détériore donc pas. Les bâtiments ont une durée de vie utile limitée et sont donc sujets à l’amortissement. L’augmentation de la valeur du terrain sur lequel le bâtiment est situé n’a aucun effet sur la détermination du montant amortissable du bâtiment.

IAS 16 a été publiée de nouveau en décembre 2003 et s’applique aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2005, et l’objectif d’IAS 16 est de fournir des indications sur la comptabilisation des immobilisations corporelles. Les principaux domaines de comptabilisation des immobilisations corporelles sont énumérés ci-dessous :

  • Reconnaissance
  • Mesure initiale
  • Mesure après la reconnaissance initiale
  • Dépréciation
  • Décomptabilisation

IAS 16 définit les immobilisations corporelles comme suit :

  • Les actifs qui possèdent une substance physique, sont détenus pour être utilisés dans la production de biens ou la prestation de services ou à des fins administratives, et il est probable que les avantages économiques futurs associés à l’actif reviendront à l’entité.
  • Les actifs qui devraient être utilisés pendant plus d’une période comptable et le coût des actifs peuvent être évalués de manière fiable.

IAS 16 exige que les immobilisations corporelles soient initialement évaluées au coût et que le coût d’un actif soit comptabilisé si :

  • Il est probable que les avantages économiques futurs associés à l’élément reviendront à l’entité ; et
  • Le coût de l’article peut être mesuré de manière fiable.

Une immobilisation corporelle doit être comptabilisée au coût, le coût d’un actif comprenant toutes les dépenses nécessaires pour remettre l’actif en état de fonctionnement pour l’usage auquel il est destiné. Cela comprendrait non seulement son prix d’achat initial, mais aussi les coûts de préparation du site, de livraison sur le site, d’installation, les honoraires professionnels connexes des architectes et des ingénieurs, les droits et taxes, ainsi que le coût estimatif du démantèlement et de l’enlèvement du bien et de la restauration du site, comme indiqué ci-dessous :

  • Le prix d’achat de l’actif, y compris les droits et taxes, après déduction des escomptes et des rabais commerciaux.
  • Tous les coûts directement attribuables à l’acheminement de l’actif à l’emplacement et aux conditions optimales d’exploitation de la manière prévue par la direction de l’entité. Voici quelques exemples de coûts directement attribuables :
  • Frais de livraison initiaux
  • Frais de préparation du site
  • Coûts d’installation
  • Coûts des tests
  • L’estimation initiale des coûts de démantèlement et d’enlèvement de l’article, y compris la restauration du site sur lequel l’actif était situé. Il convient de noter qu’il s’agit d’un élément de coût dans la mesure où il est comptabilisé en tant que provision selon IAS 37, Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels.

Si un actif est acquis en échange d’un autre actif, le coût sera évalué à la juste valeur, sauf si l’une des conditions ci-dessous est remplie :

  • L’opération d’échange manque de substance commerciale, ou
  • La juste valeur de l’actif reçu ou de l’actif cédé n’est pas mesurable de manière fiable.

Si l’évaluation à la juste valeur de l’entité n’est pas utilisée, son coût de l’actif acquis est évalué à la valeur comptable de l’actif cédé.

L’évaluation d’un actif immobilier après la comptabilisation initiale peut être soit le modèle de coût, soit le modèle de réévaluation. L’entité doit traiter le modèle choisi comme une méthode comptable et l’appliquer à une catégorie entière d’immobilisations corporelles.

  • Modèle de coût : Les immobilisations corporelles doivent être comptabilisées à leur coût diminué de l’amortissement cumulé et des pertes de valeur cumulées.
  • Modèle de réévaluation : Après comptabilisation en tant qu’actif, une immobilisation corporelle dont la juste valeur peut être évaluée de manière fiable sera comptabilisée à un montant réévalué, soit sa juste valeur à la date de la réévaluation, moins les amortissements cumulés ultérieurs et les pertes de valeur cumulées ultérieures.

Le modèle de coût reflète les coûts historiques et constitue la méthode traditionnelle de comptabilisation des immobilisations corporelles, tandis que le modèle de réévaluation porte l’actif à sa juste valeur à la date de la réévaluation, moins les amortissements cumulés et les pertes de valeur subséquents, et fournit une image plus à jour de la valeur de l’actif au bilan. Dans cet article, nous discuterons plus en détail du modèle de réévaluation qui est le plus utilisé et implique plus de coûts et de complexité en raison de la nécessité d’évaluations.

Lorsque le modèle de réévaluation est utilisé et que l’ajustement de la juste valeur de la réévaluation entraîne une augmentation de la valeur, il doit être comptabilisé dans les autres éléments du résultat global et accumulé au bilan sous l’excédent de réévaluation. Il peut y avoir des cas où l’ajustement représente l’annulation d’une diminution de réévaluation du même actif précédemment comptabilisé en charges, auquel cas il doit être comptabilisé en résultat net.

D’autre part, lorsque le modèle de réévaluation est utilisé et qu’une diminution résulte d’une réévaluation, elle doit être comptabilisée en charge dans la mesure où elle dépasse tout montant précédemment comptabilisé dans l’excédent de réévaluation attribuable au même actif. Lorsqu’un actif réévalué est cédé, tout excédent de réévaluation doit être transféré directement aux bénéfices non répartis, ou il peut être laissé au bilan sous l’excédent de réévaluation.

En outre, des réévaluations doivent être effectuées régulièrement et, si un élément d’immobilisations corporelles est réévalué, l’ensemble de la catégorie d’immobilisations corporelles à laquelle appartient cet actif doit être réévaluée. Une catégorie d’immobilisations corporelles est un regroupement d’actifs de nature et d’utilisation similaires dans le cadre des activités d’une entité. Quelques exemples de catégories d’actifs sont les terrains, les terrains et les bâtiments, les machines, les véhicules automobiles, les meubles et les accessoires, le matériel de bureau.

Selon IAS 16, l’amortissement est une répartition systématique des montants amortissables d’un actif sur la durée de vie utile de l’actif. Par conséquent, chaque actif doit être amorti, et généralement en tant qu’élément distinct. Lorsque les actifs sont regroupés et ont les mêmes durées d’utilité et les mêmes méthodes d’amortissement, l’ensemble du groupe doit être amorti de la même manière.

Il convient de noter que les terrains et les bâtiments sont des actifs séparables et sont comptabilisés séparément, sinon les moteurs d’avion seraient amortis séparément de la cellule principale lorsqu’ils ont des durées de vie utiles différentes.

En amortissant un actif, l’entreprise peut évaluer la valeur de l’actif à un moment ultérieur et les coûts d’achat alloués et sur la durée de vie de l’actif. En même temps, il sera plus réaliste de n’amortir qu’une partie du coût chaque année pendant la durée de vie de l’actif, plutôt que de répartir tous les coûts en une seule fois lors de l’achat de l’actif. En outre, permet aux entreprises d’analyser la rentabilité de l’actif au fil des ans et d’obtenir des informations plus significatives pour les décideurs au sein de l’organisation.

Il existe quelques méthodes qui peuvent être utilisées pour répartir l’amortissement sur des périodes comptables spécifiques, tandis que les méthodes les plus courantes, spécifiquement mentionnées dans IAS 16, sont la méthode linéaire et la méthode de l’amortissement dégressif (ou dégressif).

  • Droite: Il s’agit de la méthode d’amortissement la plus simple et la plus utilisée : calculer un montant d’amortissement qui est le même année après année pendant toute la durée de vie de l’actif jusqu’à ce que l’actif soit amorti à sa valeur de récupération. La méthode d’amortissement linéaire est la plus couramment utilisée par les petites entreprises qui recherchent un moyen simple de calculer l’amortissement.

Amortissement linéaire = (coût de l’actif – montant estimé de récupération) ÷ durée de vie utile estimée d’un actif.

Où : Le coût de l’actif est le coût initial d’achat ou de construction ainsi que toute dépense en capital connexe engagée.

  • Solde dégressif : La méthode de l’amortissement dégressif permet des déductions plus importantes plus tôt et commence par la valeur comptable de l’actif, plutôt que par la valeur de récupération. Par conséquent, il est considéré comme un type d’amortissement accéléré, et il est principalement utilisé pour les entreprises dont les actifs perdent une proportion plus élevée de la valeur au cours des premières années, tout en minimisant l’exposition fiscale.

Amortissement dégressif = valeur comptable x (1 ÷ durée de vie utile)

  • Double solde dégressif : Il s’agit d’un type d’amortissement accéléré plus rapide, deux fois plus rapide que la méthode de l’amortissement dégressif.

Amortissement dégressif double = valeur comptable x (2 ÷ durée de vie utile)

  • Somme des chiffres de l’année: Il s’agit d’un autre type d’amortissement accéléré qui entraîne un amortissement plus élevé au cours des premières années de la durée de vie de l’immobilisation, et qui est amorti sur la somme des chiffres de la durée de vie de l’immobilisation, c’est-à-dire que si un actif a une durée de vie de 5 ans, la somme des chiffres de l’année (SYD) sera de 15 (1+2+3+4+5), et l’amortissement est calculé selon la formule ci-dessous :

(Durée de vie restante / SYD) x (Coût d’origine du bien – Valeur de récupération

Où SYD = (n * (n+1) ÷ 2 (n* étant la valeur de l’actif)

  • Unités de production : La méthode d’amortissement des unités de production sera un excellent choix pour les entreprises à forte intensité de production, car au lieu d’utiliser la valeur de l’actif, elle utilise le nombre d’unités produites par l’actif, selon la formule ci-dessous :

Amortissement par unité = (coût de l’actif – montant récupéré) ÷ unités estimées produites sur la durée de vie des actifs

La valeur de récupération est le montant qu’un actif devrait valoir à la fin de sa vie utile, après qu’il a été entièrement amorti.

La valeur de récupération peut être déterminée par le calcul, une estimation en pourcentage de la valeur du bien à la fin de sa vie utile ou par l’embauche d’un évaluateur professionnel.

Les immobilisations corporelles doivent être décomptabilisées et retirées de l’état de la situation financière (bilan) soit lors de la cession, soit lorsqu’aucun avantage économique futur n’est attendu de leur utilisation ou de leur cession. Dans le compte de résultat, un gain ou une perte sur la cession sera comptabilisé comme la différence entre le produit de la cession et la valeur comptable de l’actif à la date de la cession.

Lorsque l’entreprise utilise le modèle de réévaluation, le solde restant de l’excédent de réévaluation relatif à l’actif cédé est transféré directement aux bénéfices non répartis et serait indiqué dans l’état des variations des capitaux propres.

IAS 16 16 Immobilisations corporelles encourage (mais n’oblige pas) les entités à fournir des informations supplémentaires.

Les principales informations à fournir pour chaque catégorie d’immobilisations corporelles que l’entité pourrait fournir sont la base d’évaluation, la durée d’utilité ou les taux d’amortissement de chaque actif, les méthodes d’amortissement utilisées, la valeur comptable et l’amortissement cumulé au début ou à la fin de l’exercice.

En outre, l’entité doit tenir un rapprochement qui comprend les ajouts, les cessions, les augmentations/diminutions de réévaluation, les amortissements, les dépréciations et tout autre mouvement au cours de la durée de vie de l’actif.

Certaines des normes IFRS qui viennent s’ajouter à IAS 16 sont IFRS 5 – Sortie d’actifs, IFRS 13 – Évaluation de la juste valeur, IFRS 15 – Produits des activités ordinaires tirés de contrats conclus avec des clients, IFRS 16 – Contrats de location

IFRS 5 – Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées : IFRS 5 traite de la cession d’actifs non courants et d’activités abandonnées. Si un actif ou un groupe d’actifs est classé comme détenu en vue de la vente, il sera assujetti aux dispositions d’IFRS 5. Lorsqu’un actif est classé comme étant détenu en vue de la vente, IFRS 5 – Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées exige que l’actif détenu en vue de la vente soit classé séparément de tous les autres actifs dans l’état de la situation financière (bilan)

IFRS 13 – Évaluation de la juste valeur : IFRS 13 fournit un cadre pour l’évaluation de la juste valeur et l’obligation d’informations à fournir.

IFRS 15 Produits des activités ordinaires tirés de contrats conclus avec des clients : IFRS 15 précise comment et quand les produits des activités ordinaires tirés d’un contrat avec un client seront comptabilisés, ainsi que les informations pertinentes que les entités doivent fournir aux utilisateurs des états financiers

IFRS 16 Contrats de location : IFRS 16 est le cadre de comptabilisation, d’évaluation, de présentation et d’informations à fournir pour les contrats de location. L’objectif principal de la norme IFRS 16 est de s’assurer que les preneurs et les bailleurs fournissent des informations fiables et pertinentes aux utilisateurs des états financiers.

Selon les PCGR des États-Unis, tous les biens sont inclus dans la catégorie générale des immobilisations corporelles, tandis qu’en vertu des IFRS, lorsqu’un bien est détenu pour un revenu locatif ou une plus-value, il est comptabilisé comme un immeuble de placement.

Si vous avez trouvé cet article utile, veuillez Aller au reste du site web pour en savoir plus sur la comptabilité, ou d’autres articles financiers sur International La comptabilitéAudit, La fiscalitéLogiciel de comptabilité, comptabilité en nuage et automatisation de la comptabilité.

Lire cet article en : AnglaisNéerlandaisFrançaisAllemandEspagnol

La revue comptable française
La revue comptable française
En vedette
EUR - Les pays membres de la zone euro
EUR
1,0000
AUD
0,6149
HRK
0,1332
CAD
0,6763
Articles Liés
En vedette
error: Content is protected !!