26.1 C
Paris
mercredi, juillet 17, 2024
- Présentés -spot_img
- Présentés -spot_img

Qu’est-ce que le chiffre d’affaires d’exploitation en comptabilité ? How the operating revenue is recognised, measured and presented within the financial statements, and what are the main accounting journals when accounting for sales or other operating inflows.

Qu’est-ce que le chiffre d’affaires d’exploitation en comptabilité ? Comment les produits d’exploitation sont-ils comptabilisés, mesurés et présentés dans les états financiers, et quels sont les principaux journaux comptables lors de la comptabilisation des ventes ou autres entrées d’exploitation.

Alors qu’une entreprise peut avoir de nombreuses sources de revenus qui génèrent des revenus d’exploitation et des revenus non opérationnels à partir de différentes activités commerciales menées par l’entreprise, les revenus d’exploitation représentent le traitement qu’une entreprise génère à partir de l’activité commerciale principale de l’entreprise.

Par exemple, une entreprise de vente au détail générera des revenus d’exploitation à partir de la vente de biens, mais pourrait générer des revenus non opérationnels d’autres sources sous forme d’intérêts reçus, de produits de vente d’actifs ou d’autres activités en dehors des activités principales de l’entreprise.

Le chiffre d’affaires d’exploitation est une mesure importante pour mesurer la productivité et la rentabilité d’une entreprise à partir de son activité principale et un outil important pour analyser et évaluer la santé et les perspectives d’une entreprise que l’on pourrait attendre de l’activité commerciale à l’avenir.

Bien que les revenus d’exploitation doivent être présentés séparément des revenus hors exploitation dans les états financiers de l’entreprise, certaines entreprises pourraient tenter d’influencer la baisse des revenus d’exploitation et fusionner les revenus d’exploitation et les revenus non opérationnels. Pour cette raison, les lecteurs d’états financiers doivent être prudents et obtenir suffisamment d’informations pour distinguer les sources de revenus lors de l’analyse des finances de l’entreprise.

Les revenus désignent les montants qu’une entreprise reçoit de tous les flux de revenus. Par la suite, en fonction du type de revenu, le montant reçu est enregistré dans les livres comptables de la société dans les produits d’exploitation ou les revenus non opérationnels décrits ci-dessous :

Les produits d’exploitation représentent le produit qu’une entreprise reçoit de l’activité principale de l’entreprise. Par exemple, une entreprise vendant des chaussures à titre d’activité principale classera les revenus générés par la vente de chaussures comme revenus d’exploitation. 

Les produits hors exploitation représentent le produit des activités non essentielles d’une société. En suivant l’exemple ci-dessous, nous avons dit qu’une entreprise vendant des chaussures en tant qu’activité principale classera les revenus générés par la vente de chaussures comme des revenus d’exploitation, tandis que si une entreprise a investi une partie des bénéfices dans des actions, des obligations, des ventes d’actifs ou d’autres activités commerciales non essentielles, les intérêts, dividendes ou produits reçus doivent être classés comme revenus non opérationnels.

Il existe de nombreux domaines d’activité dans lesquels les entreprises opèrent, et les revenus d’exploitation représentent les revenus générés par le principal domaine d’activité d’une entreprise. Les principaux types de revenus d’exploitation sont la vente de biens, la vente de services, l’octroi de licences ou l’adhésion, comme décrit ci-dessous :

Il existe de nombreux domaines d’activités qui peuvent générer des revenus d’exploitation pour l’entreprise à partir de la vente de biens. Qu’il s’agisse d’un magasin de détail, ou d’une production et d’une distribution agissant dans les secteurs de la mode, de l’alimentation ou d’autres industries, les revenus générés par les ventes de marchandises résultant de l’activité commerciale principale de l’entreprise seront enregistrés et présentés dans les états financiers de l’entreprise comme des revenus d’exploitation provenant de la vente de marchandises.

L’industrie des services est très demandée de nos jours et les entreprises peuvent être spécialisées et offrir comme activité principale desservies dans de nombreux secteurs de services tels que la finance, l’éducation, le conseil, etc.

Les entreprises du secteur des services dont l’activité principale est la vente de services comptabiliseront dans les états financiers le produit de l’offre de services en tant que produit d’exploitation provenant de la vente de services.

Les entreprises qui ont développé de nouvelles technologies, qui ont une réputation et une marque forte sur le marché, ou qui possèdent d’autres formes de propriété intellectuelle peuvent donner les droits d’utilisation de leurs technologies, marques, marques ou autres droits de propriété intellectuelle à d’autres partenaires commerciaux en échange d’une redevance de licence.

Lorsqu’une entreprise a comme principale source de revenus le produit de la licence, elle comptabilise, enregistre et présente le revenu dans les états financiers comme produit d’exploitation provenant de la licence.

Les entreprises offrant alors des services ou un accès à des produits sous forme d’adhésion et le revenu principal est l’argent généré par l’offre d’abonnements d’adhésion reconnaîtra, enregistrera et présentera les revenus dans les états financiers comme revenus d’exploitation provenant de l’adhésion.

Quelques exemples d’entités qui utilisent le modèle d’adhésion peuvent être des associations professionnelles, des clubs sportifs, des fondations, des organisations caritatives, etc.

Tout d’abord, nous devons examiner le chiffre d’affaires total de l’entreprise, qui comprend tous les revenus générés par une entreprise provenant d’activités commerciales d’exploitation et d’autres activités commerciales non opérationnelles. Les produits d’exploitation représentent les produits générés par les activités principales de la société et seront comptabilisés, enregistrés et présentés séparément des produits hors exploitation dans les livres comptables et les états financiers de la société.

Les revenus d’exploitation peuvent provenir de la vente de biens, de services ou d’autres flux de revenus générés par l’activité principale de l’entreprise et seront d’abord enregistrés sur l’état des résultats de l’entreprise (compte de résultat) en créditant les revenus d’exploitation et d’autre part en débitant la trésorerie ou les débiteurs (créances) comme vous pouvez le voir dans le journal comptable ci-dessous :

Journaux comptables en partie double pour enregistrer les ventes au comptant de produits.

  • Crédit (CR) : Compte de résultat (Résultat Total) – Revenus d’exploitation provenant de la vente de produits
  • Débit (DR) : Compte de résultat (Profits et pertes) – Coût des ventes de produits

Journaux comptables en partie double pour l’enregistrement des ventes au comptant de services.

  • Crédit (CR) : Compte de résultat (Résultat net) – Revenus d’exploitation provenant de la vente de services
  • Débit (DR) : État de la situation financière (bilan) – Trésorerie

Journaux comptables en partie double pour enregistrer la vente de produits à crédit.

  • Crédit (CR) : Compte de résultat (Résultat Total) – Revenus d’exploitation provenant de la vente de produits
  • Débit (DR) : Compte de résultat (Profits et pertes) – Coût des ventes de produits

Journaux comptables en partie double pour enregistrer la vente de services à crédit.

  • Crédit (CR) : Compte de résultat (Résultat net) – Revenus d’exploitation provenant de la vente de services
  • Débit (DR : État de la situation financière (bilan) – Débiteurs 

Outre l’état des résultats (profits et pertes), l’évolution des revenus d’exploitation sera reflétée en même temps sur l’état de la situation financière de l’entreprise (bilan) et aura un impact principalement sur les stocks et les comptes débiteurs (débiteurs).

Les principaux journaux comptables pour le recodage des produits d’exploitation au bilan sont décrits ci-dessous :

Journaux comptables en partie double pour enregistrer les ventes au comptant de produits.

  • Débit (DR : État de la situation financière (bilan) – Trésorerie
  • Crédit (CR) : État de la situation financière (bilan) – Stocks

Journaux comptables en partie double pour enregistrer la vente de produits à crédit.

  • Débit (DR) : État de la situation financière (bilan) – Débiteurs 
  • Crédit (CR) : État de la situation financière (bilan) – Stocks

Journaux comptables en partie double pour enregistrer les recettes de vente des produits vendus à crédit.

  • Débit (DR : État de la situation financière (bilan) – Trésorerie
  • Crédit (CR) : État de la situation financière (bilan) – Débiteurs 

L’état des flux de trésorerie d’une entreprise est une partie importante des états financiers d’une entreprise qui montrent le mouvement des flux de trésorerie au cours d’une période et constitue une excellente source d’informations pour analyser les performances financières d’une entreprise.

Les mouvements résultant des ventes de l’entreprise sont une mesure importante pour l’analyse de la santé d’une entreprise et se reflètent principalement sur les sections des activités d’exploitation de l’état des flux de trésorerie, des créances et des stocks.

Dans la section des revenus des activités d’exploitation du tableau des flux de trésorerie, le bénéfice d’exploitation sera une partie importante du chiffre du revenu total déclaré sur le tableau des flux de trésorerie et pour une ventilation, les lecteurs des états financiers peuvent consulter l’état des résultats de la société (résultat net) et en outre dans les livres de vente

La ligne de comptes débiteurs de l’état des flux de trésorerie affichera le mouvement des comptes débiteurs des ventes et des réceptions résultant des ventes à crédit. Une diminution des comptes débiteurs pourrait montrer que l’entreprise est plus efficace dans le recouvrement de l’argent des débiteurs, tandis qu’une augmentation des comptes débiteurs montrera que l’entreprise n’est pas assez efficace dans le recouvrement de l’argent ou a accordé des conditions plus favorables aux créanciers pour stimuler les ventes.

Le mouvement des revenus d’exploitation a également une incidence sur les stocks et le mouvement des stocks est reflété sur une ligne de stock dans la section des activités d’exploitation de l’état des flux de trésorerie.

Une diminution des stocks peut être interprétée comme la capacité de l’entreprise à augmenter les ratios de mouvement des ventes de stocks, tandis qu’une augmentation des stocks peut signifier que les stocks de l’entreprise ne se déplacent pas assez rapidement ou que l’entreprise achète des stocks importants pour obtenir des remises ou de meilleures conditions auprès des fournisseurs.

Les revenus d’exploitation sont un facteur important pour qu’une entreprise réalise des bénéfices et survive dans un marché concurrentiel. Il existe de nombreux ratios comptables utilisés pour analyser le chiffre d’affaires d’exploitation au sein d’une entreprise et nous allons vous présenter les principaux ci-dessous :

Les revenus d’exploitation pour les ventes de produits sont calculés en multipliant le prix de vente moyen du produit par le nombre d’unités vendues selon la formule ci-dessous :

Revenus d’exploitation = Prix de vente moyen du produit x nombre d’unités vendues

Les revenus d’exploitation pour la vente de services sont calculés en multipliant le prix moyen du service par le nombre de clients selon la formule ci-dessous :

Revenus d’exploitation = Prix moyen du service x nombre de clients

Le ratio d’exploitation reflète la capacité de l’entreprise à générer une rentabilité et compare les revenus d’exploitation aux coûts du produit, comme vous pouvez le voir à partir de la formule ci-dessous :

Ratio d’exploitation = (Charges d’exploitation + Coût des marchandises vendues) ÷ Ventes nettes

Lorsque le ratio d’exploitation d’une entreprise affiche une tendance à la hausse, les dépenses ou les coûts d’exploitation de l’entreprise augmentent par rapport aux revenus générés. D’un autre côté, lorsque le ratio d’exploitation montre une tendance descendante, ce sera un bon signe car l’entreprise est en mesure de réduire les dépenses ou les coûts d’exploitation par rapport aux revenus générés.

Pour augmenter la rentabilité, une entreprise doit chercher des moyens de réduire les dépenses ou de s’approvisionner en biens ou matériaux à des prix plus bas et d’autre part pour pouvoir leur vendre des biens ou des services à un prix supérieur. La marge bénéficiaire brute compare les marges bénéficiaires brutes aux revenus de l’entreprise et donne un aperçu de l’efficacité et de la rentabilité de l’entreprise selon la formule ci-dessous :

Ratio de marge brute = (Chiffre d’affaires – COGS) ÷ Chiffre d’affaires

Une faible marge bénéficiaire brute ne sera pas un bon signe pour l’entreprise, tandis qu’une marge bénéficiaire brute élevée reflétera la capacité de l’entreprise à s’approvisionner en stocks à des prix inférieurs ou à ajouter de la valeur aux produits de manière à ce que les clients soient prêts à payer un prix plus élevé lors de l’achat des produits de l’entreprise.

Les principales normes qui définissent les produits d’exploitation sont les normes comptables internationales IAS 18 Produits des activités ordinaires, les normes internationales d’information financière IFRS 15 — Produits des activités ordinaires tirés de contrats conclus avec des clients et les principes comptables généraux reconnus (PCGR) ASC 606.

Les normes comptables internationales IAS 18 – Produits des activités ordinaires prescrivent les exigences comptables relatives à la comptabilisation des produits provenant de la vente de biens, de services, d’intérêts reçus, de dividendes, d’affiliations, de licences ou de redevances.

Selon IAS 18, les produits sont comptabilisés dans le compte de résultat (résultat net) lorsqu’ils remplissent les deux critères ci-dessous :

  • Il est probable que tout avantage économique futur associé au flux de revenus ira à l’entité.
  • Le montant des revenus peut être mesuré avec fiabilité.

Les produits des activités ordinaires provenant des ventes de marchandises sont comptabilisés selon IAS 18 lorsque les cinq critères ci-dessous sont remplis :

  • Il est probable que tout avantage économique futur associé au flux de revenus ira à l’entité.
  • Le montant des revenus peut être mesuré avec fiabilité.
  • Le vendeur a transféré à l’acheteur les risques et les avantages importants de la propriété.
  • Le vendeur ne conserve pas l’implication de la direction ni le contrôle effectif sur les marchandises vendues.
  • Le montant des recettes perçues peut être mesuré de manière fiable.

Les produits des activités ordinaires provenant de la vente de services sont comptabilisés selon IAS 18 lorsque les cinq critères ci-dessous sont remplis :

  • Il est probable que tout avantage économique futur associé au flux de revenus ira à l’entité.
  • Le montant des revenus peut être mesuré avec fiabilité.
  • Le stade d’achèvement à la date de clôture peut être mesuré de manière fiable.
  • Les coûts encourus ou à engager dans le cadre de la transaction peuvent être évalués de manière fiable.

Les produits provenant des intérêts reçus, des dividendes, des affiliations, des licences ou des redevances sont comptabilisés selon IAS 18 lorsque les deux critères ci-dessous sont remplis :

  • Il est probable que tout avantage économique futur associé au flux de revenus ira à l’entité.
  • Le montant des revenus peut être mesuré avec fiabilité.

Les Normes internationales d’information financière IFRS 15 – Produits des activités ordinaires tirés de contrats conclus avec des clients prescrivent les exigences comptables relatives à la comptabilisation, à l’évaluation et aux informations à fournir sur les produits découlant de contrats conclus avec des clients. La norme est présentée en cinq étapes, comme résumé ci-dessous :

Étape 1 : La première étape est l’identification du contrat avec le client et doit répondre aux cinq critères ci-dessous :

  • Le contrat a été approuvé par les parties et chacune des parties s’engage à exécuter ses obligations.
  • Les droits de chaque partie en ce qui concerne les biens ou services à transférer peuvent être identifiés.
  • Les conditions de paiement pour l’échange de biens ou de services peuvent être identifiées.
  • Le contrat a une substance commerciale en ce sens qu’il devrait modifier l’éclat de la trésorerie, le calendrier et le risque pour l’entreprise.
  • Il est probable que la contrepartie convenue en échange des biens et des services sera reçue.

Étape 2 : La deuxième étape est l’identification des obligations d’exécution du contrat et doit répondre aux deux critères ci-dessous :

  • Les biens ou services sont distincts par rapport aux autres ressources auxquelles le client peut facilement accéder.
  • Les biens ou services sont distincts des autres obligations du contrat.

Étape 3 : La troisième étape consiste à déterminer le prix de transaction, c’est-à-dire le montant que l’on s’attend à recevoir en contrepartie des biens ou services transférés au client.

Étape 4 : La quatrième étape consiste à affecter le prix de transaction aux obligations de performance dans les contrats. Lorsque le prix de vente autonome n’est pas directement observable, les entreprises peuvent utiliser des méthodes d’estimation. Certaines des méthodes d’estimation du prix sont énumérées ci-dessous :

  • Méthode d’évaluation du marché ajustée.
  • Coût prévu plus une méthode de marge.
  • Méthode résiduelle.

Étape 5 : La cinquième et dernière étape consiste à comptabiliser les produits lorsque (ou au fur et à mesure) que l’entité satisfait à une obligation de prestation. Les obligations de prestation sont satisfaites lorsqu’un bien ou un service promis est transféré à un client, ce qui implique que le client a obtenu le contrôle de l’actif ou du service.

Les principes comptables généraux reconnus (PCGR) ASC 606 décrivent principalement la comptabilisation des revenus, les principes de comptabilité d’exercice et fournissent un cadre des revenus provenant de contrats avec les clients.

La comptabilisation des produits selon les PCGR suit les principes de la comptabilité d’exercice qui exigent que les produits soient comptabilisés dans le compte de résultat (résultat net) dans la période où les produits sont réalisés et non seulement lorsque les espèces sont reçues.

En vertu des PCGR, une société doit suivre cinq étapes pour satisfaire au principe de comptabilisation des revenus :

  • Étape 1 : La première étape consiste à identifier le contrat avec le client.
  • Étape 2 : La deuxième étape consiste à identifier les obligations de performance contractuelles
  • Étape 3 : La troisième étape consiste à déterminer le montant de la contrepartie des transactions, y compris les remises, les frais de retour, etc.
  • Étape 4 : La quatrième étape consiste à attribuer le montant déterminé de la contrepartie aux obligations contractuelles pour chaque obligation.
  • Étape 5 : La cinquième et dernière étape consiste à comptabiliser les revenus lorsque l’entreprise reçoit la contrepartie en échange des biens ou services transférés au client.

Comme nous l’avons mentionné ci-dessus, le chiffre d’affaires d’exploitation est une mesure clé pour mesurer et analyser les performances de l’entreprise. D’autre part, un point important est la différenciation des revenus d’exploitation par rapport aux revenus hors exploitation lors de la lecture des états financiers d’une entreprise et en même temps lors de l’application de ratios pour évaluer la santé de l’entreprise.

Si vous avez trouvé cet article utile, veuillez Aller au reste du site web pour en savoir plus sur la comptabilité, ou d’autres articles financiers sur International La comptabilitéAudit, La fiscalitéLogiciel de comptabilité, comptabilité en nuage et automatisation de la comptabilité.

Lire cet article en : AnglaisNéerlandaisFrançaisAllemandEspagnol

La revue comptable française
La revue comptable française
En vedette
EUR - Les pays membres de la zone euro
EUR
1,0000
AUD
0,6196
HRK
0,1305
CAD
0,6711
Articles Liés
En vedette
error: Content is protected !!