26.1 C
Paris
mercredi, juillet 17, 2024
- Présentés -spot_img
- Présentés -spot_img

Fiscalite Britannique: un guide utile sur le système d’imposition des entreprises et des territoires au Royaume-Uni et sur l’attractivité des entreprises internationales au Royaume-Uni

Fiscalite Britannique: un guide utile sur le système d’imposition des entreprises et des territoires au Royaume-Uni et sur l’attractivité des entreprises internationales au Royaume-Uni

Le gouvernement britannique a entrepris de faire de la fiscalité britannique le meilleur pays pour l’implantation d’entreprises internationales.

Le Royaume-Uni est l’une des économies les plus ouvertes au monde, avec une main-d’œuvre qualifiée, un accès aux marchés des capitaux et des infrastructures de premier ordre. La fiscalité britannique est assortie d’un système d’imposition des sociétés très compétitif. Depuis 2010, le gouvernement procède à un examen approfondi du système fiscal britannique. Elle a également collaboré avec les entreprises pour déterminer l’orientation et la conception de nos réformes. La fiscalité britannique a simplifié et rendu plus transparente la politique fiscale, ce qui la rend mieux adaptée aux pratiques commerciales modernes et à un environnement commercial mondialisé.

Le système d’imposition des sociétés du Royaume-Uni est un atout majeur. Elle peut contribuer à améliorer l’environnement des affaires et à attirer les investissements des entreprises multinationales.

Le Royaume-Uni a modifié son système fiscal pour imposer les bénéfices réalisés à l’étranger. Il s’agit désormais d’un système qui impose les bénéfices dans le monde entier et pas seulement au Royaume-Uni. Des changements importants ont été apportés pour faire du Royaume-Uni la destination privilégiée des industries de haute technologie et de la création.

Patent Box réduit le coût de l’exploitation commerciale des propriétés intellectuelles. Le Royaume-Uni offre des crédits flexibles et généreux pour compenser le coût de la recherche et du développement (R&D), ainsi qu’un nouveau crédit R&D “en amont”, compétitif au niveau international, pour les grandes entreprises. Le Royaume-Uni a également introduit des allègements fiscaux pour aider nos industries créatives : les nouveaux allègements fiscaux pour l’animation et la télévision haut de gamme poursuivront le succès de l’allègement fiscal pour le cinéma.

Les perceptions du système fiscal britannique changent en raison des réformes du gouvernement. Le Royaume-Uni dispose d’une stratégie de réforme claire, fondée sur des principes qui favorisent un système fiscal moderne, transparent et efficace. Cela offre une certitude pour la planification financière à long terme ainsi que pour les investissements.

L’impôt britanniqueation système fiscal.

Le gouvernement britannique a reformaté le système d’imposition des sociétés au Royaume-Uni afin d’attirer les entreprises internationales au Royaume-Uni. Ils s’engagent à créer le régime fiscal le plus compétitif du G20. De nouvelles règles souples et compétitives sont en place pour imposer les bénéfices des multinationales.

Cela inclut une société étrangère contrôlée (CFC) modernisée, ainsi qu’un système de traités étendu. Cela fait du Royaume-Uni un lieu privilégié pour les centres d’affaires internationaux, les sociétés holding régionales et les sièges sociaux.

Les industries de haute technologie et innovantes peuvent bénéficier d’avantages fiscaux très compétitifs.

  • Les nouvelles règles de la “Patent Box” permettront aux bénéfices tirés du développement ou de l’exploitation de brevets au Royaume-Uni d’être soumis à un taux d’imposition des sociétés de seulement 10 %.
  • Un crédit international compétitif pour la R&D “au-dessus de la ligne”.
  • L’animation, les producteurs de télévision haut de gamme et les jeux vidéo bénéficient de généreux allégements fiscaux

Le Royaume-Uni fiscalité est une destination attrayante pour les investissements internationaux.

Le Royaume-Uni est le sixième plus grand pays commerçant du monde et a une longue histoire. Le gouvernement est bien conscient de l’importance de rester compétitif et continue de souligner l’attrait du Royaume-Uni pour les investissements internationaux. Cet engagement en faveur d’un commerce équitable et ouvert est souligné. Le Royaume-Uni a un accès facile à l’Europe grâce à ses vastes réseaux ferroviaires, routiers et portuaires.

Le Royaume-Uni possède quatre des dix meilleures universités du monde 2 et une main-d’œuvre qualifiée. Le pays dispose également d’une infrastructure commerciale de premier ordre et d’un système juridique réputé pour sa capacité à résoudre les litiges commerciaux.

LES CONTRATS INTERNATIONAUX SONT SOUVENT RÉGIS PAR LE DROIT ANGLAIS.

Une entreprise étrangère peut investir au Royaume-Uni en ouvrant un compte bancaire, en enregistrant une société et en effectuant des transactions en quelques heures. Elles bénéficient également du même soutien que les entreprises nationales de la part du gouvernement britannique.

La réputation d’excellence du Royaume-Uni en matière de services financiers et commerciaux en fait un lieu idéal pour les activités internationales. Le Royaume-Uni attire systématiquement plus de sièges sociaux que tout autre pays européen.

LE ROYAUME-UNI EST LA PREMIÈRE DESTINATION EUROPÉENNE POUR LES INVESTISSEMENTS DIRECTS ÉTRANGERS.

Près de 40 % de tous les échanges de devises dans le monde ont lieu au Royaume-Uni. Les services financiers britanniques ne sont pas le seul secteur en plein essor. Les constructeurs automobiles britanniques se portent bien, le Royaume-Uni a attiré d’importants investissements en R&D de la part d’un grand nombre des meilleures entreprises de sciences de la vie au monde, et la “Tech City” de l’est de Londres encourage l’innovation dans le secteur à forte croissance des technologies de l’information.

LE ROYAUME-UNI EST LA PLAQUE TOURNANTE MONDIALE DES NATIONS COMMERÇANTES

Des marchés américains à l’Asie, à l’est et à l’ouest, et comme porte d’entrée en Europe. La Chine a investi au Royaume-Uni dans de nombreux secteurs en 2012, notamment les services publics et l’aviation. Les Jeux olympiques et paralympiques de Londres 2012 ont montré que le Royaume-Uni est fier d’offrir un accueil chaleureux et la possibilité de rivaliser avec les meilleurs du monde dans le domaine des affaires et du sport.

L’impôt sur les sociétés au Royaume-Uniation système.

Le gouvernement britannique vise à mettre en place le système d’imposition des sociétés le plus compétitif du G20. Le gouvernement britannique réforme la politique de l’impôt sur les sociétés depuis 2010 afin d’atteindre ses objectifs politiques de réduction des impôts et d’élargissement de l’assiette fiscale. Cette politique est axée sur l’imposition des bénéfices générés au Royaume-Uni.

Le gouvernement a publié en 2010 The Corporate UK Taxation Road Map 2010, qui décrit l’approche stratégique du Royaume-Uni en matière de réforme fiscale.

Pour donner aux entreprises la confiance dont elles ont besoin pour investir au Royaume-Uni et pour donner une orientation cohérente et claire à la réforme, la feuille de route énonce les principes suivants :

  • Faible taux d’imposition des sociétés au Royaume-Uni, avec des abattements et des déductions limités pour minimiser les distorsions.
  • Un système fiscal britannique stable qui évite les changements de législation fiscale
  • Les pratiques commerciales modernes sont alignées sur la politique fiscale
  • La complexité de la législation fiscale est réduite
  • Une administration fiscale qui maintient l’égalité des chances pour les contribuables.
  • Une approche transparente et cohérente de l’élaboration des politiques, associant pleinement les contribuables à l’élaboration des politiques.

La feuille de route britannique a défini nos objectifs de réforme dans quatre domaines.

  • L’accent est mis sur la réduction des taux d’imposition des sociétés
  • Système d’imposition territorial du Royaume-Uni
  • La boîte à brevets
  • Amélioration du crédit d’impôt pour la R&D

En consultation avec les entreprises, le gouvernement remplit désormais toutes ces promesses politiques. Le Royaume-Uni ne connaît pas d’imposition supplémentaire pour les bénéfices des entreprises. Le taux d’imposition britannique est parmi les plus bas des pays du G7 et sera le plus bas des pays du G20.

Un territoire ROYAUME-UNI territorial au Royaume-Uniation structure.

La fiscalité britannique est passée d’un système qui imposait les entreprises britanniques dans le monde entier à un système qui impose les bénéfices réalisés au Royaume-Uni. Cette nouvelle approche comporte trois éléments clés : une exonération des dividendes, une exonération des succursales à option et un régime reformaté de sociétés étrangères contrôlées (CFC).

Les règles relatives aux CFC dans la fiscalité britannique sont conçues pour protéger le pays contre le détournement artificiel des bénéfices britanniques vers des sociétés situées en dehors du Royaume-Uni.

Les règles relatives aux CFC au Royaume-Uni exonèrent les bénéfices des sociétés étrangères contrôlées de l’impôt britannique, à moins qu’ils ne soient artificiellement détournés du Royaume-Uni. Ces nouvelles règles sont en vigueur depuis janvier 2013.

Pour les bénéfices de financement à l’étranger réalisés par une CFC par le biais de prêts à des sociétés étrangères, des règles spéciales s’appliquent. Les règles permettent d’attribuer 25 % du bénéfice net au Royaume-Uni. Cela donne un taux d’imposition effectif de 5 % à partir de 2015. Toutefois, il existe certaines exceptions. Par exemple, si la société financière étrangère a été financée par des émissions de droits d’actions ou si les fonds utilisés pour les prêts ont été faits en dehors du Royaume-Uni, l’exemption totale peut s’appliquer.

Les multinationales qui s’installent au Royaume-Uni peuvent profiter d’une exemption d’un an pour leur permettre de procéder à toute restructuration nécessaire pour bénéficier des autres exemptions.

La nouvelle option d’exonération de l’impôt britannique pour les succursales commerciales à l’étranger d’entreprises britanniques permet de choisir entre la compensation des pertes (et l’imposition des bénéfices), avec un double abattement fiscal, et l’exclusion des bénéfices et des pertes.

Depuis juillet 2009, les dividendes sont totalement exonérés d’impôt dans presque tous les cas. L’exonération, qui est de 100 %, n’est pas limitée aux déductions pour frais, et il n’y a pas non plus de taux d’imposition minimum ou de retenue.

Le système fiscal britannique offre des règles fiscales généreuses en matière de charges d’intérêts et aucune restriction pour le financement des investissements à l’étranger.

Fiscalité britannique et internationale.

Le Royaume-Uni compte plus de 100 pays couverts par son réseau de traités et poursuit depuis longtemps une politique de réduction à zéro des retenues à la source sur les redevances et les intérêts dans tous ses traités. Le Royaume-Uni est également désireux de négocier un large éventail d’accords d’échange d’informations fiscales ou de dispositions dans les conventions de double imposition complètes.

Le système fiscal britannique a adopté les principes directeurs de l’OCDE en matière de prix de transfert comme ligne directrice dans sa loi sur les prix de transfert.

Aucune retenue à la source sur les dividendes n’est applicable au Royaume-Uni, quel que soit le lieu de résidence du bénéficiaire

Le Royaume-Uni est un État membre de l’UE, et ses règles fiscales sont conformes à toutes les directives relatives à la fiscalité directe. Il s’agit notamment de la directive “mère-filiale”, qui vous dispense généralement de la retenue à la source sur les dividendes de source européenne, de la directive sur les fusions et de la directive sur les intérêts et redevances limités.

Le Royaume-Uni a choisi de ne pas participer à la taxe sur les transactions financières. Le gouvernement actuel et le gouvernement précédent du Royaume-Uni ont tous deux indiqué qu’ils ne participeraient pas à l’assiette commune consolidée pour l’impôt sur les sociétés (un type d’imposition unitaire) actuellement en discussion au sein de l’UE.

La fiscalité britannique pour l’innovation et la créativité.

Le gouvernement britannique a entrepris d’en faire le centre technologique européen en offrant un large éventail d’incitations très compétitives.

Les récentes réformes fiscales britanniques ont créé un régime fiscal complet et compétitif qui soutient la création et l’exploitation de la propriété intellectuelle (PI). La nouvelle boîte à brevets comporte des dispositions favorables à la commercialisation de l’innovation et comprend un programme complet de crédits pour la R&D.

Le gouvernement britannique a récemment annoncé un soutien supplémentaire pour les producteurs d’animation, de télévision de haute qualité et de jeux vidéo.

Les bénéfices de la Patent Box sont soumis à un taux d’imposition des sociétés de 10 %, dans le cadre de l’objectif du gouvernement d’encourager l’innovation au Royaume-Uni. Il s’agit d’une économie substantielle par rapport au taux d’imposition principal de 20 % (d’ici 2015).

Les entreprises ont la possibilité de réduire le coût de l’exploitation commerciale de la propriété intellectuelle grâce à la nouvelle boîte à brevets. Les entreprises internationales devraient considérer les règles fiscales britanniques comme avantageuses, faisant du Royaume-Uni un bon endroit pour investir dans l’innovation en raison de son régime flexible et généreux.

Cet allégement est disponible pour les bénéfices mondiaux provenant d’inventions qui ont été brevetées par l’Office britannique de la propriété intellectuelle ou l’Office européen des brevets. Ces revenus peuvent bénéficier de l’allégement car ils ne comprennent pas de redevances ou de revenus provenant de la vente de brevets. De même, les bénéfices tirés des produits qui incorporent une innovation brevetée sont admissibles.

Si une entreprise possède ou concède des droits exclusifs sur des brevets admissibles et a créé ou développé l’invention brevetée ou un produit qui l’incorpore, elle est admissible. Cela s’applique même si le développement a été effectué par une autre entreprise ou un autre groupe. L’entreprise doit être responsable du développement du brevet et participer activement à ses décisions courantes. Même si elle n’a pas créé la propriété intellectuelle, une entreprise peut quand même bénéficier du système. Ceci est en accord avec les objectifs de la Patent Box d’encourager le développement continu et l’exploitation commerciale des brevets par les entreprises basées au Royaume-Uni.

Fiscalité britannique pour la LA R&D

Le système d’imposition britannique dispose d’un programme de crédits de R&D généreux et très compétitif au niveau international. Il existe différents programmes qui s’adressent à la fois aux grandes et aux petites et moyennes entreprises (PME). Ces deux régimes encouragent les entreprises à s’engager dans des activités de R&D au Royaume-Uni.

Les grandes entreprises peuvent bénéficier d’une déduction fiscale de 130 % pour les dépenses de R&D admissibles dans le cadre du régime de superdéduction existant. Le crédit “au-dessus de la ligne” pour les grandes entreprises a été ajouté à ce système.

Les entreprises peuvent utiliser ce crédit pour compenser leurs coûts de R&D dans leurs comptes, ce qui entraîne une réduction des coûts. Le crédit ATL est de dix pour cent des dépenses de R&D éligibles. Il sera accessible à toutes les entreprises non assujetties à l’impôt. Le système de crédit sera disponible parallèlement à l’actuel système de super-déduction pour la recherche et le développement. Les entreprises peuvent choisir le régime qu’elles souhaitent utiliser. Le régime ATL remplacera le système de “super déduction” en 2016.

Le régime ATL donne aux chefs d’entreprise une meilleure vision des avantages au-delà du service des impôts. Les décideurs mondiaux devraient être en mesure de voir plus clairement les avantages monétaires des activités de R&D menées dans le cadre du système fiscal britannique. Ce nouvel allégement de l’ATL pour les investisseurs étrangers pourrait contribuer à préserver le double allégement fiscal. Cela permettra également de préserver la valeur et les avantages potentiels du crédit de R&D au sein du groupe mondial. Les grandes entreprises déficitaires peuvent désormais recevoir immédiatement des prestations en espèces pour les aider à poursuivre leurs activités de recherche et de développement.

Les entreprises éligibles peuvent prétendre à une déduction totale de 25% sur les dépenses de R&D qualifiées dans le cadre du régime PME. Les entreprises insolvables peuvent échanger les pertes fiscales résultant de l’allégement de la R&D pour recevoir un crédit en espèces au taux de 11 %.

Les programmes de crédit d’impôt pour la R-D permettent aux grandes entreprises de réduire leurs coûts de R-D admissibles d’environ 8 % et aux PME d’environ 25 %, respectivement.

UK film taxation dégrèvement.

L’allégement fiscal pour les films prévoit un crédit d’impôt qui peut être appliqué aux dépenses admissibles jusqu’à concurrence de 25 %. Les films doivent être certifiés culturellement britanniques en passant une évaluation culturelle pour pouvoir bénéficier d’un allégement fiscal.

Fiscalité britannique et allègements pour le secteur de la création.

Le gouvernement a introduit les nouveaux allégements fiscaux britanniques à un prix compétitif pour les industries de l’animation, de la télévision haut de gamme et des jeux vidéo. Ces nouveaux allégements fiscaux s’inscrivent dans l’ambition du gouvernement de faire du Royaume-Uni le centre technologique de l’Europe. Ils seront également parmi les plus généreux du monde.

Ces nouveaux allégements fiscaux britanniques seront calqués sur le succès de l’allégement fiscal existant pour le film, qui a soutenu plus de 300 films pour un montant de plus de 200 millions de PS en 2011-12. Ces nouveaux crédits d’impôt permettront d’appliquer aux dépenses de production admissibles un crédit d’impôt pouvant atteindre 25 %.

Toutes les dépenses admissibles engagées dans la production d’un programme ou d’un jeu seront exemptées pour les entreprises. Les productions doivent être culturellement britanniques pour pouvoir bénéficier de l’allégement, comme c’est le cas pour l’allégement fiscal pour les films.

Le Royaume-Uni dispose d’un système fiscal qui aborde les questions plus larges liées à la fiscalité de la propriété intellectuelle.

Les principaux éléments de ce régime ont été mis en œuvre en 2002 pour moderniser le traitement fiscal de la propriété intellectuelle en Grande-Bretagne et faire en sorte que des allégements fiscaux puissent être obtenus pour la quasi-totalité de la propriété intellectuelle technologique.

Le système juridique fait partie intégrante de la compétitivité du Royaume-Uni en tant que lieu d’implantation d’entreprises riches en propriété intellectuelle. Elle fournit un environnement réglementaire qui favorise l’innovation et encourage l’entreprise. Une entreprise propriétaire de PI basée au Royaume-Uni peut bénéficier d’un système juridique avancé et expert, soutenu par un vaste réseau de traités de PI, des juges spécialisés en PI et l’accès à l’expertise de l’Office britannique de la propriété intellectuelle.

ROYAUME-UNI impôtpour les particuliers.

L’impôt sur le revenu : Le Royaume-Uni est un lieu privilégié pour les employeurs comme pour les cadres entrants travaillant dans le domaine de l’impôt sur le revenu. Les particuliers sont soumis à l’année fiscale qui commence le 6 avril. Depuis le 6 avril 2013, les taux et exonérations suivants sont en vigueur : Allocation personnelle de 9440 PS (réduisant pour les personnes dont les revenus sont supérieurs à 100 000 PS.) Le taux de base de 20% sur les premiers 32,010 PS de revenus imposables ; un taux supérieur de 40% sur les 32,011 PS à 150 000 PS ; un taux supérieur de 45% pour les revenus imposables supérieurs à 150 000 PS.

Assurance nationale : Les employés paient des cotisations d’assurance nationale (NIC). Ils sont facturés aux taux suivants : 12 % pour les revenus hebdomadaires compris entre PS149 et PS797, et 2 % pour les revenus supérieurs à cette limite. Les employeurs versent des cotisations de sécurité sociale à leurs employés qui gagnent plus de 148 PS par semaine, au taux de 13,8 %, ce qui inclut les avantages en nature. Les cotisations patronales ne sont pas soumises à une limite supérieure. Les entreprises et les organisations caritatives pourront bénéficier de la nouvelle allocation pour l’emploi de 2 000 PS, qui réduira la facture des cotisations sociales de l’employeur, à partir d’avril 2014.

Programmes d’incitation : Il existe de nombreux programmes d’incitation fiscalement avantageux pour les employés, tels que les options sur actions et les options sur titres. Des allégements fiscaux sont également disponibles pour les contributions aux plans de pension.

Impôt sur les plus-values : Les taux d’imposition et les abattements sur les plus-values au Royaume-Uni sont très faibles. La CGT n’est pas payable par la majorité des contribuables en raison de l’exonération pour les résidences principales et du montant annuel exonéré.

Résidence légale au Royaume-Uni

Afin d’offrir une plus grande certitude à tous, un nouveau critère de résidence prévu par la loi a été créé.

Le gouvernement a introduit un test de résidence obligatoire, à compter d’avril 2013. Elle a été créée pour offrir une plus grande certitude à toutes les personnes, même celles dont les conditions de travail et de vie sont complexes. Il évaluera à la fois le nombre de jours qu’une personne passe au Royaume-Uni et les liens qu’elle entretient avec le pays (par exemple, emploi, famille, logement).

Non-domicile imposition au Royaume-Uni

L’obligation fiscale d’un individu au Royaume-Uni peut être affectée par le statut de son domicile. Les personnes qui résident au Royaume-Uni mais ne sont pas des citoyens britanniques peuvent choisir de payer l’impôt sur la base du “remittance”. Ils paient l’impôt sur le revenu sur les revenus gagnés au Royaume-Uni et l’impôt sur les plus-values sur les gains provenant du Royaume-Uni. S’ils sont amenés au Royaume-Uni, ils ne doivent payer l’impôt britannique que sur les revenus et les plus-values à l’étranger.

Les personnes non domiciliées qui ont été résidentes pendant trois ans ou plus peuvent également prétendre à un allègement des jours de travail à l’étranger (OWR). Ceci pour une durée maximale de trois ans. L’OWR signifie que les revenus liés à des fonctions professionnelles à l’étranger ne seront imposables que s’ils sont rapatriés au Royaume-Uni. Bien que cet allégement ait été disponible pendant de nombreuses années, il ne l’a été qu’en avril 2013.

Fiscalité indirecte au Royaume-Uni

TVA au Royaume-Uni

La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) est le principal impôt indirect et s’applique à tous les pays de l’UE. Le taux britannique de 20 % correspond à peu près au taux standard de l’UE. Il s’applique aussi bien aux biens qu’aux services.

Certaines fournitures sont exemptées de TVA (aucune TVA n’est facturée sur la fourniture mais la TVA est payée sur les coûts de fourniture) tandis que d’autres sont soumises à un taux réduit de cinq pour cent. Le Royaume-Uni dispose de fournitures à taux zéro uniques. Cela signifie que la TVA en amont peut être récupérée et que la TVA sur la livraison est réduite à 0 %.

La TVA est l’impôt britannique sur la consommation. Par conséquent, les entreprises qui ne sont pas des consommateurs finaux ne devraient pas être soumises à la TVA. Si une entreprise fournit des biens éligibles à la TVA, elle devrait être en mesure de récupérer la TVA.

HMRC a mis en place un mécanisme pour s’assurer que les désaccords sont résolus rapidement. Pour les cas où un accord n’est pas possible, il existe une procédure d’appel auprès d’un tribunal indépendant.

Les importations de marchandises en provenance de pays extérieurs à l’Union européenne peuvent être soumises à des droits de douane. Ils varient en fonction de la nature des marchandises.

Droits de timbre au Royaume-Uni

Les transferts de propriété sont soumis à des droits de timbre, et il existe trois types de droits de timbre :

  • Le droit de timbre est un taux fixe de 0,5 % sur tous les instruments qui transfèrent des actions et des titres négociables.
  • Stamp Duty Reserve Tax (SDRT), un taux forfaitaire de 0,5 % qui s’applique à tous les transferts d’actions britanniques ou de titres connexes (y compris les options et les intérêts) lorsqu’aucun instrument n’est exécuté. En général, le stock de prêts est exempté du droit de timbre et de la SDRT. Il existe également des règles spéciales pour les actions britanniques qui sont négociées sur des bourses non britanniques.
  • La Stamp Duty Land Tax (SDLT), qui s’applique aux acquisitions de terrains au Royaume-Uni (en pleine propriété ou en location), est payable par l’acheteur. Les taux varient et atteignent quatre pour cent pour les propriétés commerciales d’une valeur supérieure à 500 000 PS. Les propriétés résidentielles ont les mêmes taux que celles jusqu’à PS1m. Cependant, les terrains ayant une valeur plus élevée attireront des taux plus élevés.

Les réorganisations intragroupes ne sont pas soumises aux droits de timbre.

Taxes et régimes spéciaux pour l’industrie au Royaume-Uni

Il existe de nombreuses taxes qui peuvent être appliquées à certaines industries. Pour plus d’informations, visitez le site web du HMRC à l’adresse www.hmrc.gov.uk pour en savoir plus sur le système fiscal britannique.

Autres taxes pour les entreprises au Royaume-Uni

Les taxes foncières locales sont connues sous le nom de taxes professionnelles. Ces taxes sont fixées par le gouvernement central et perçues localement pour financer les services locaux. Ils sont basés sur la valeur du bien utilisé à des fins professionnelles. Il n’y a pas de taxes locales sur le chiffre d’affaires ou le commerce.

Le Royaume-Uni n’a pas d’impôt sur la fortune.

Si vous avez trouvé cet article utile, veuillez consulter le reste du site Web pour en savoir plus sur Comptabilité de l’EEE et du Royaume-Uni, normes comptables au Royaume-Uni, le les dispenses de vérification des sociétés fermées ; audits externes au Royaume-Uni, en tenant compte des le régime d’imposition des sociétés ; l’impôt sur le revenu au Royaume-Uni ou d’autres sujets comptables et financiers Comptabilité internationale, Audit, fiscalité, logiciels de comptabilité, comptabilité en nuage et automatisation de la comptabilité.

Lire cet article en : AnglaisNéerlandaisFrançaisAllemandEspagnol

En vedette
EUR - Les pays membres de la zone euro
EUR
1,0000
AUD
0,6196
HRK
0,1305
CAD
0,6711
Articles Liés
En vedette
error: Content is protected !!